ACCUEIL

creation

2011 > CHRONIQUES DU PERIMETRE

Création 2011
Direction artistique et chorégraphe : Christine Coudun
Assistants : Laurent Kong a Siou, Lowriz Vo
Recherche et montage musical : Lowriz Vo
Costumes : Lowriz Vo
Durée : 70’
Danseurs : Manuela Bolegue ou Sarah Bee, Adilson Horta de Sousa, François Kaleka, Laurent Kong a Siou, Alfreda Nabo, Mathieu Raguel, Julian Rouyre, Saym Sithiphone, Lowriz Vo

Télécharger le dossier ici

PDF - 576.6 ko

Chroniques - Black Blanc Beur from Black Blanc Beur on Vimeo.


Le contexte :
En 2010, pour le 20è anniversaire de « Die Bühne Im Hof », nous avons travaillé sur un premier versant du thème de l’anniversaire : celui de la mémoire des valeurs et références de l’histoire toute récente de notre danse.
A partir de cette première forme née en Avril 2010 en Autriche, nous avons retravailler en 2011 à la création française de notre nouveau spectacle.

Le thème :
L’heure n’est décidément pas à fêter un anniversaire ! Pourtant … L’augmentation des agressions, des violences, des conflits qui traversent nos vies à tous nous amène vers une chronique sociale et humoristique.

Argument :
Dans une société, vigilante, inspectée, rien n’entame la résistance des danseurs. Face aux obstacles jaillissent toujours une malice, une adaptation ou un détournement, bref des inventions pour se trouver, se retrouver, encore et en corps...
Cette création est conçue comme un divertissement à partir d’un caractère important de notre époque : l’acuité des surveillances en tous genres. Dans le milieu populaire, il n’est pas rare, pour ceux qui veulent sortir du cercle vicieux du chômage et de la délinquance, de s’enrôler comme gardiens de biens et propriétés.
De nombreux danseurs sans emploi ont eu et ont encore recours à ce type d’emplois qui, requérant une apparence et un comportement dissuasifs, ne réclament pas une formation importante.
La figure de la « sécurité » est incarnée dans ce spectacle par des « vigiles ».

Rien n’échappe à la pensée sécuritaire que ce soit dans l’espace public, comme dans l’espace privé.
La mise en acte de cette pensée produit la peur avec son cortège funeste.
Dans ce spectacle, nous essayerons de montrer quelques figures de ces « petites guerres pour l’espace public ».
L’énergie de la joie de vivre et de bouger, se transforme en jeux de résistance. Cette résistance, lorsqu’elle tourne à la tragédie, grave les échelles de chaque conscience.

Pour la musique : c’est la musique du plaisir à danser,… de ce genre de musique qui fait lever tout le monde en discothèques…

Il n’y a que l’art qui rend notre liberté irrattrapable par les tyrannies. Christine COUDUN- sept 2010

« ... A l’instar de ses précédentes pièces, Christine Coudun aborde ici un sujet politique en portant dessus un regard sombre et interrogatif, mais sans oublier de le traiter avec l’humour et l’énergie d’une danse à toute épreuve, histoire de transformer un terrain miné en terrain de jeu. » Martine Pullara- Chronique (hip hop) sociale/ Lyon Capitale/ Décembre 2011

Liens relatifs :
- article de presse
- lien vidéo

Production : Black Blanc Beur
Co-production : Théâtre « Die Bühne Im Hof » à St-Pölten (Autriche) et gouvernement de Basse Autriche, Centre Chorégraphique National de La Rochelle.

Soutiens : Région Ile-de-France, Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Ile-de-France, Communauté d’Agglomération de St-Quentin-en-Yvelines, Ferme de Villefavard en Limousin, Pôle Pik- Centre chorégraphik de Bron, Collectif 12/ Friche André Malraux à Mantes la Jolie, Service culturel - relais mutualiste de l’Institut Marcel Rivière à La Verrière et ville de Trappes-en-Yvelines.

Crédit photos : Michel Cavalca



.