creation

2008 (reprise) > CONTREPIED

Création Avril 2008
Durée : 75’ (version tout public)- 57’ (version jeune public)
Chorégraphe : Christine Coudun
Interprètes : Benoit Garraud, Adilson Horta de Sousa, David Phiphak, Laurent Kong a Siou, Alfreda Nabo, Valentine Nagata, Jackson Ntcham, Mathieu Raguel, Andréas Cetkovic, Julien St-Maximin, Emilie Schram, Lowriz Trung Ngon Vo
Musique : Composition originale Carole Rieussec et Gino Favotti
Lumière : Laurent Vérité


Crédit vidéo : Rudolf Vadja


Créé en 1990, la première version de ce spectacle, premier spectacle chorégraphié par Christine Coudun, a laissé de bons souvenirs, à tel point que de nombreux programmateurs rêvaient de le voir à nouveau.
C’est l’insistance de Mme Mimi Wunderer de St Pölten en Autriche qui l’a emportée. En cette année 2008 de coupe d’Europe en Autriche, elle nous a proposé de créer à nouveau sur ce thème.
Le propos et la musique n’ont pas pris une ride, mais il était tentant de faire, non pas une reprise, mais une recréation, au vue de l’actualité, toujours et davantage présente de ce thème.

Ce qui a changé, c’est davantage les danseurs que le foot. En 1990, les danseurs de B3 étaient davantage des autodidactes avec des stylistiques diverses, allant du Jazz rock funky au Break en passant par le Reggae. Les garçons étaient aussi tous footballeurs.
Nous avions quasiment imposé la musique originale le jour de la répétition générale car le travail ne pouvait se faire qu’à travers le plaisir de danser sur les rythmes binaires de la musique hip hop.

En 2007 , certains danseurs jouent au football mais les autres sont en majorité à une distance intéressante du phénomène. L’évolution des gestes en danse, notamment en Break qui est la stylistique principalement développée dans la compagnie ces 10 dernières années, la capacité croissante des danseurs à s’incarner hors de leurs milieu et de leurs désirs personnels ont rendu le projet excitant

« Contrepied » est une pièce sur le thème du football et du geste sportif ; une mise en danse des rêves foot de deux gamins. Ce spectacle est basé sur une trame narrative évoquant la vie de deux « enfants foot ». L’un réussira, l’autre restera dans l’ombre.
Et à travers ce prétexte, apparait une mise en danse du geste sportif et du football : superposition de différentes vitesses de ralentis, de différents plans de lecture, ruptures de rythmes, décompositions des gestes, travail sur la notion de centre, maîtrise du geste break malgré l’aléatoire imposé par la présence du ballon... et avec quelques gestes grossis et parodiques, à travers la figure de l’arbitre, l’humour apparait...

« Présentée dans le cadre de l’Euro 2008, la recréation de cette pièce entièrement dédiée au football a fait son petit effet. On y retrouve une équipe de garçons aussi bien rompus aux tacles et autres ailes de pigeons qu’aux coupoles ou saltos arrière. Ici, le propos de mettre en danse hip hop les gestes « footballistiques » fonctionne à plein régime, servi par des danseurs de haut niveau. » Nathalie Yokel- La Terrasse Novembre 2008- Les B3 sous la houlette de Christine Coudun reprennent une pièce créée en 90.

« C’est l’histoire de la vie, avec ses jeux et ses disputes, ses joies et ses combats. Bilan : le jeu de la vie » - NÖN Avril 98- Les B3 danse le foot jusqu’à nous faire agenouiller.

« Ce spectacle conte l’itinéraire de deux gamins qui rêvent de football. L’un réussira, l’autre pas. Marquages, défis, danse du scalp de l’ailier devant le libéro, séchage, tacles et crocs-en-jambe esthétisés, façon ralenti télé. Mélange de deux techniques sur fond d’émotion populaire. » Luc Le Vaillant- LIBERATION- Septembre 1990

Liens relatifs :
- article de presse



Co-production Black Blanc Beur, théâtre « Die Buhne Im Hof » à St-Polten (Autriche), Théâtre d’Ivry- Antoine Vitez avec l’aide du Conseil Général du Val-de-Marne et Ferme de Bel Ebat à Guyancourt
avec le soutien de la région Ile-de-France, de la Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Ile-de-France, de la Caisse des Dépôts, de la Communauté d’Agglomération de St-Quentin-en-Yvelines, de l’Institut Marcel Rivière à La Verrière, de la ville de Trappes-en-Yvelines et de l’Ecole de Musique et Danse de Trappes-en-Yvelines.